Qu'est-ce que la classe FLS ?

Qu'est-ce que la classe FLS ?

C'est une classe d'accueil pour les élèves étrangers qui arrivent en France et qui ne parlent pas correctement le français. Ils y restent une année scolaire, parfois plus quand ils sont arrivés en cours d'année.

Les élèves viennent de tous les pays du monde : le Portugal, la Tunisie, la Roumanie, le São Tomé, les Philippines, le Cap-Vert, le Maroc, l'Algérie, le Brésil, la Tchétchènie, la Bulgarie, le Sénégal, l’Égypte...

Ils ont moins d'heures de cours que les autres élèves Français mais ils doivent travailler davantage à la maison.

Ils ont 17 heures de Français, 3 heures de Mathématiques, 3 heures d'EPS, 2 heures d'Anglais, 1 heure de Musique, 1 heure d'Arts Plastiques, 2 heures de CDI.


FLS : Français Langue Seconde (celle qu'on apprend en plus de la langue maternelle)

Dans une classe FLS, on apprend :
- la langue française
- l'enseignement du français des classes de collège
- la culture et les us et coutumes des Français
- le fonctionnement et le règlement d'un collège en France


L'objectif est une intégration réussie : dans sa classe, dans son collège, dans son nouveau pays.

mercredi 20 juin 2012

Les vidéos des élèves...

... en ligne !
Après projection à la Villa Arson, vous pouvez visionner les vidéos réalisées par les élèves de la classe, dans le cadre du Projet Mossa.




Merci à L'ECLAT pour le travail accompli et à la Villa Arson de nous avoir accueillis !

mercredi 13 juin 2012

Projection des films de la classe


L'ECLAT a le plaisir de vous convier à la soirée de restitution de ses ateliers d'éducation artistique qui se déroulera :

le vendredi 15 juin à 18h dans le grand amphi de la Villa Arson (20 avenue Stephen Liegeard, 06100 Nice) et sera suivi d'un apéritif dans le jardin.

Parce que la pratique artistique est un axe fort de notre engagement, nous vous proposons d'échanger sur les expériences menées cette année, d'en exposer l'esprit comme les objectifs parcourus.

Seront présentés la réalisation des ateliers, menés sur le temps scolaire et hors temps scolaire, en collaboration avec : la classe CLIS de l'Ecole Michelis II et la classe SEGPA du Collège Saint-Exupéry de Saint-Laurent du Var, la classe de Français Langue Seconde du Collège Vernier, la classe de percussion du Conservatoire National de Région, le labo ciné-son du Collège Risso, la classe d'éducation musicale du Collège Duruy, le CEAS Vallon des Fleurs, le Forum Nice Nord, le Lycée Horticole d'Antibes.

mardi 12 juin 2012

Sortie du 21 mai : Saint Paul de Vence et la Fondation Maeght



Le village de Saint Paul de Vence par Mossa


 Fondation Maeght

Lundi 21 mai nous étions avec nos professeurs dans un musée, la fondation Maeght.
Ce bâtiment de deux étages se trouve dans la petite ville de Saint Paul  de Vence.
A l'entrée, il y avait une très belle fontaine.
Quand nous rentrâmes  tout était brillant et beau.
Nos professeurs nous montrèrent les œuvres d'art, les grandes images et  les icônes.
Je suis allée dans les musées plusieurs fois,  mais cette fois j'ai plus aimé que les autres fois.
Dans ce musée nous avons tout regardé avec grand plaisir.

                                                                                                          (Aichat)



   
     Je décris ce que je vois , je dis pourquoi j'ai choisi cette oeuvre :

Servi muti de Roberto BARNI
                                         1988 (bronze)                                             
    
Je vois trois hommes qui ont les mêmes habits, et de la même couleur (vert et marron) et qui portent un grand disque qui ressemble à un soleil.
Ils sont aveugles (ils portent un bandeau sur les   yeux) et muets (comme le dit le titre).
Cette sculpture à été réalisée en 1988 en Italie par Roberto BARNI.
Je l'ai choisie parce que, quand je vois ces trois hommes, je pense au drapeau des Berbères. (Ahmed)

J'ai choisi de parler de la Cabane éclatée aux 4 salles de Daniel Buren  (2005, ciment, miroir, marbre, peinture acrylique)
Je vois une maison carrée, le mur est en miroir. Il y a 8 portes, elles sont toutes décalées. L'unique  chose que nous voyons sont les couleurs : le rose, l'orange, le violet, le vert, le bleu et le rouge.
J'aime les couleurs fortes.
Les miroirs reflètent tout : la nature, les arbres et nous mêmes.
J'ai choisi cette image parce que je la trouve originale.
Je me rappelle quand j'étais petite au Brésil j'allais dans un parc ou il y avait une maison en miroirs, c’était vraiment drôle.
Peut être que l’artiste Daniel Buren connaît ce parc.
                                                           (Janis)






  Fontaine de Paul Bury (1978)

    Je vois des tubes argentés qui montent et qui descendent.
    C'est une  fontaine : de l'eau coule des tubes.
    J'ai choisi cette oeuvre parce que ça bouge beaucoup et ça fait plein de bruit.

                                           (Aymen)


                                                                                      
J'ai choisi La mort d'Ephialte d'Anne et Patrick Poirier (1984 marbre et bronze)
Je vois deux gros blocs de marbre dans l'eau, tous les deux percés d'une flèche en bronze. Le bloc le plus loin est une partie du visage d'Ephialte (l’oeil et les cheveux). La flèche entre dans l'oeil.
Tout autour, je vois de la végétation.
J'ai choisi cette image parce j'aime avoir peur. (Vanda)    
        ! Cette œuvre des Poirier est une re-création de vestiges antiques


                                                              


C'est une femme, parce que chez Giacometti les femmes restent immobiles, alors que les hommes marchent.
Elle est très grande, ses bras sont longs.                                                                                                                                                 
Giacometti s'inspire des femmes Egyptiennes.  J'ai choisi cette oeuvre, parce que je suis sur la photo. (Léandro)


 

                                                          La vie de Marc Chagall
                                         
La première chose que je vois c'est, sur la gauche, la femme avec son mari et son bébé. Elle est habillée avec une longue robe blanche.
La deuxième chose que je vois ce sont les couleurs : bleu, rouge, vert, jaune et blanc.
Puis je vois un soleil, un arbre, la lune, des animaux (une vache, une chèvre, un oiseau) et des musiciens avec des instruments de musique (flûte, tambour, violoncelle, violon) et aussi une sirène.
Pour Marc Chagall la vie c'est la nature, les animaux, la musique, la danse.
J'ai choisi cette image parce que j'aime bien les couleurs.
                                                                                                      (Sabi)

     Play ground child de Nam June Paik.      
             (Radio, télévision, bois et corde)

Lundi, la classe FLS est allée en sortie.
Nous sommes arrivés à la Fondation Maeght.
Nous avons regardé les photos, les statues et les fontaines.
La chose plus belle pour moi, c'est le robot  parce qu'il a de belles couleurs.
Il est grand, il est fait avec 7 radios et 1 télévision.
Dans la télévision  il y a des flashs de toutes les couleurs avec des images.
J'ai  choisi cette œuvre  car c'est un petit garçon qui joue sur une balançoire. (Socaina)

 
  

Les élèves FLS de l'école Thérèse Roméo, ainsi que leur professeur, Mme Rice, étaient avec nous sur cette sortie. Ci-dessous leurs textes illustrant  les oeuvres vues ensemble :
« L’homme qui marche », Alberto Giacometti
C’est une sculpture de bronze tout vieux qui représente un homme qui marche. Sur cette photo il y a aussi Deni et moi.
L’homme est long et maigre. On dirait qu’il n’a jamais mangé, qu’il n’a pas de muscles. Il ressemble à un squelette. Il est inspiré des peintures égyptiennes.
Alberto Giacometti (1901-1966) est un sculpteur et un peintre suisse.
(Moussa- CM1)


    
« Ring of Prato Green », Richard Long
L’artiste s’appelle Richard Long, c’est lui qui a porté les pierres une par une. L’œuvre représente un cercle de pierres (elles viennent d’Italie). Richard Long est né en 1945 à Bristol en Angleterre. Il est sculpteur et fait du Land Art, c’est une façon de faire de l’art avec et dans la nature. J’aime cette œuvre car elle inspire le calme.
(Deni- CM2)



« Prisma meccanico », Piero Fogliati
C’est une machine lumineuse. Je vois de la lumière, des ombres qu’on fait avec nos mains. L’œuvre est constituée d’un projecteur, d’une machine qui fait tourner un disque. Cela projette des couleurs sur le mur. J’aime ces couleurs et la lumière. J’ai adoré ce moment dans le musée, c’était très drôle.
(Hugo- CM1)



Concetto Spaziale Teatrino, Lucio Fontana
Ce tableau est un monochrome rouge. Cela veut dire qu’il n’a qu’une seule couleur. L’artiste s’appelle Lucio Fontana, c’est un peintre et un sculpteur italien d’origine argentine. Dans les années 1920 à 1940, il est célèbre pour ses toiles avec des trous et des déchirures. J’aime la couleur rouge de ce tableau, le cadre en bois foncé et les trous dans la toile. L’artiste était énervé quand il a fait ce tableau.
(Gieorghita – CM1)

 
Moulage de Martial Raysse, Yves Klein
J’aime cette œuvre parce qu’elle me fait rire. Yves Klein est un artiste niçois (1928-1962). Avec du plâtre, il a fait un moulage de son copain Martial, puis il l’a peint en bleu. C’est un bleu qu’il a inventé et qui s’appelle le IKB (International Klein Blue). J’aime ce bleu vibrant sur la toile dorée.
(Simao – CM2)

L’oiseau lunaire, Juan Miro
Je vois une tête en forme de lune, une carotte à la place du nez et des gommes à la place des yeux. Juan Miro est né le 20 avril 1960. Il a fait des sculptures à travers la nature. Il est mort en 1993.
(Romao – CE2)




! Les photos présentées mèlent des oeuvres de la collection Maeght et celles de l'exposition temporaire consacrée à la fondation Gori (Italie).                                                          

Le déjeuner

Quand nous finîmes de visiter la « Fondation Maeght », il  pleuvait.
 Comme tout était mouillé,  nous cherchâmes un endroit pour manger.
Nous trouvâmes sur la jolie place du village de Saint Paul de Vence mais c'était aussi mouillé.
Madame Martin-Cocher et Monsieur Reynaert partirent pour chercher une autre place.
Ils trouvèrent, dans une fontaine vieille mais qui n'était pas mouillée et ça déjà c'était bien.

Le côté rigolo de cette sortie furent les chutes de Janis et Léandro.
C'était  un jour magnifique !
                                                                                             (Filipa)

Lundi, on avait une sortie à la fondation Maeght.
On prit le bus et après nous marchâmes un peu pour arriver. Monsieur Simon dit d’entrer en regardant les sculptures et on eut des explications de Monsieur Simon.
Madame Martin-Cocher prenait des photos.
Janis tomba en sortant de la Fondation.
On arriva à la place de Saint Paul de Vence pour manger et ensuite nous allâmes  à un point de vue où on pouvait regarder tout autour de la ville.
Nous regardâmes des maisons, des arbres et le cimetière.
On vivait des moments magiques. (Vanda)

   Pour finir, quelques photos :




lundi 11 juin 2012

Sortie à Monaco et Menton

Le lundi 16 avril, les élèves sont repartis sur les traces des aquarelles d'Alexis Mossa, à Monaco le matin puis à Menton l'après midi.
Le matin, nous avons visité le Rocher.
Les élèves ont photographié le lieu de l'aquarelle (pour une activité Arts Plastiques avec M.Simon) et l'ont filmé aussi, pour l'atelier Vidéo.
  

Vue du Rocher de Monaco par Mossa

Nous avons retrouvé le lieu de cette aquarelle : il a bien changé !!!
Vue de l'autre côté : le port gagné sur la mer

M. Roy, intervenant de l'ARRPE nous a raconté l'histoire de Monaco et son évolution.
Un exemple du travail de montage réalisé en Arts Plastiques

Après un pique nique, nous sommes partis sur Menton, photographier le site de l'aquarelle et réaliser une partie des films qui seront montrés à la Villa Arson le vendredi 15 juin 2012 (et visibles après cette date sur le blog de la classe)


Vue de la plage de Menton par Mossa

La même aujourd'hui...


            


... et transformée en Arts Plastiques !

Trois esquisses de Janis, Ahmed et Vanda réalisées sur le site de Menton






 

Et des textes écrits en classe, autour des trois mots "fil rouge" de la sortie : Pays, paysage, dépaysement.
                                                 
"Mon pays d’origine est la Tchétchénie. La Tchétchénie est à la limite des continents Asiatique et Européen.
Les pays voisins de mon pays sont : l’Arménie, le Daguestan, l’Ingouchie, la Georgie, la Turquie, l’Azerbaïdjan, l’Ossétie du Nord.
Entre la Tchétchénie et la France, pour moi les grandes différences sont le climat et la mer.
Quand je suis venue à Nice, j’ai vu la mer pour la première  fois. J’étais un peu choquée. Tellement c’était beau, je suis restée 5-10min devant la mer en silence et maintenant je m’y promène avec plaisir.
Parce que dans mon pays il n’y a pas de mer (mais il y a en a au Daguestan).
Au niveau de l’école, en Tchétchénie, chaque jour je commençais à 8h00 et nous étudions le samedi aussi.
Quand je suis rentrée dans la classe F.L.S, j’avais très peur parce que je ne savais pas quoi faire.
J’ai eu  de la chance, car dans ma classe, j’ai  trouvé beaucoup de Tchétchènes et ils m’ont aidée.
Je suis venue en France avec ma mère et mes trois frères, à cause de problèmes personnels.
Je veux bien apprendre le français pour avoir la possibilité de continuer mes études.
J’aime beaucoup le collège et mes amis." (Aichat)
                                                                                                                                                                       
Pays : quand j’entends ce mot, je pense à mon pays, le Brésil qui me manque beaucoup. C’est un pays très connu dans le monde et j’adore quand quelqu’un parle du Brésil. Et c’est un des uniques pays qui est dirigé par une présidente.
     Le Paysage d’ici est très beau : Les montagnes, les appartements aussi sont très différents : Où j’habitais, il n’y avait pas de montagnes mais moi je ne connais pas Rio. La première fois que je suis allée à la montagne, c’était ici avec ma famille, c’était très beau : les fleurs, les arbres et les jardins. Par la fenêtre
de ma maison, je vois les autres bâtiments mais par la fenêtre de ma maison au Brésil je voyais des paysages et un peu aussi les autres villes parce que ma maison est sur une ville haute (mais ce n’est pas un bidonville, une favela).   C’est très beau. Je me rappelle quand mes cousines et moi nous sommes  restées dans la rue, la nuit, le samedi parfois. Devant ma maison il y avait un petit terrain de foot.
       Je suis dépaysée en France. C’est une aventure pour moi d’être dans un autre pays avec des personnes différentes, des langues différentes. Quand nous avons regardé le film « Orféu Negro » je n’ai pas reconnu le Brésil,  c’était étrange pour moi parce que c’était avant et il n’y avait pas beaucoup de maisons, de magasins. Les vêtements de carnaval aussi étaient très différents d’aujourd’hui (les robes étaient plus longues). Mais une chose était vraie : les personnes ensemble qui rigolaient beaucoup, chantaient et dansaient. C’est vraiment ça le carnaval !" (Janis)
                                                                                                                                                                   
"Pays :
           Je pense à mon pays natal, où je suis né, mon enfance, la maison où j ai vécu avec mes grands parents.        
  Paysage :
           La promenade des Anglais au bord de la mer, les bateaux de croisière, le coucher  de soleil et  le beau château mais le soir c’est encore plus beau : avec les étoiles, c’est magnifique !
 Dépaysement :
            Quand j’entends le mot dépaysement, changement de pays, de langue et aussi de moyen de transports  comme les taxis (ils ne sont plus  jaunes comme en Tunisie), la monnaie n’est pas la même (le dinar tunisien et l’euro)"(Youssef)     
        
                                                                                                                                      
"Quand je pense au mot pays, tout de suite je pense à la Tunisie .
On n’a pas les mêmes frontières, la même culture. On remarque qu’il n’y a pas le même gouvernement.
Pour moi, il y a eu beaucoup de changemnt, peu à peu je m'habitue.
Les villes en France sont moins gaies alors qu’en Tunisie, il y a plus d’ambiance festive.
La culture en Tunisie, c’est pas comme la culture de la France.
Par exemple, les filles de mon pays ne portent pas des habits comme les Françaises et la femme Tunisienne porte des foulards et non des T.shirts." (Houssem)

"Paysage: dans mon pays, en Bulgarie, les paysages ne sont pas les mêmes qu’en France parce qu’il y a de la neige presque dans  toutes les villes mais en France il y a rarement de la neige (dans le sud).
Dépaysement : c’était dépaysant pour moi de venir parce qu’il y a beaucoup de différences (la cuisine : en France, on mange des légumes avec de la viande  alors que dans mon pays on ne mange pas de légumes cuits).
Ensuite, il y a beaucoup de chiens errants dans mon pays mais en France il n’y en a pas.  Le premier jour, quand j’en ai vu un, j’avais un peu peur. Pour  moi c’était un dépaysement que les chiens ne mordent pas. En Bulgarie dans ma ville il n’y a pas la mer .Quand j’ai vu pour la première fois la mer à Nice, c’était après minuit : j’ai beaucoup aimé mais il y avait un souci : les galets, parce qu’en Bulgarie il n’y a pas de galets. Je disais que j’irais tous les jours." (Sabi)
                          
"Au Cap-Vert, il y a dix îles et la capitale, c’est Praia.
Dans mon pays, au Cap-Vert, il fait beau. Il y a des paysages de montagnes, la mer et des animaux. Les hommes font de l’agriculture.
C’est un dépaysement de venir en France parce que ce n’est pas pareil : il n’y a pas la même culture par exemple au Cap-Vert, dans la nuit après vingt-deux heures, il n’y a pas personne dans la rue mais ici oui.
Si je vais au Cap-Vert, je vais voir beaucoup de choses qui ont changé : le président de la République, les supermarchés, ma maison, ma ville.
La mer est différente parce que c’est l’océan Atlantique. Ici il y a la mer Méditerranée, parce qu’il y a du sable et la mer est plus bleue. Les écoles ne sont pas pareilles dans mon pays : il n’y a pas de carnet de correspondance. Dans mon pays, il y a des uniformes pour tous les élèves, ici il n’y a pas d’uniforme.
Ici, il y a beaucoup de cacas de chiens dans la rue, au Cap-Vert, il n’y en a pas.
Je suis venue ici parce que ma mère l’a dit et j’étais très contente parce que quand j’étais au Cap-Vert, je travaillais aux champs (au Cap-Vert, tout le monde fait de l’agriculture)." (Vanda)

"Pays : territoire bordé de frontières et dirigé par un gouvernement. Partie d’une région que l’on voit d’un endroit. Moi c’est Hervé et je suis Sénégalais. Je vais vous parler du Sénégal, Portugal et France. Au Sénégal, j’étais dans une école qui s’appelait Fabien, j’ai commencé à l’âge de 6 ans. A  l’age  de 8 ans, je suis parti dans un internat. Quand je suis arrivé, j’ai dit à ma mère que la ville était sale. Elle m’a répondu que oui, et on est arrivé : j’ai discuté avec le directeur et les surveillants puis ma mère est partie. J’ai commencé à faire des amis et j’allais à l’école, comme tous mes amis.
A l’âge de 11 ans,  mon père a décidé qu’on partait au Portugal. Dès mon arrivée, tout a changé : les maisons ne sont pas les mêmes, les écoles non plus.
Mon père vivait en France, donc, il nous a ramené en France, à Nice.
Ici, il y a beaucoup de cacas parce qu’il y beaucoup de chiens." (Hervé)

                                                                                                                  

jeudi 29 mars 2012

Carnaval de Nice




Mardi 21 février, jour de la Chandeleur, la classe FLS est partie au Carnaval de Nice.
Ci-dessous, les textes des élèves autour de la sortie et une sélection des photos prises par eux.

"Le lundi 20 février, on est allés sur les ordinateurs au CDI : on a choisi les masques sur Google.
J'ai choisi le lion parce que je suis Sénagalais (c'est l'emblème de mon équipe de foot).

L'après midi, on a regardé Orfeu Negro en salle audiovisuelle.

Le mardi 21 février à 9h, on a commencé à fabriquer les masques en Arts Plastiques.
Pendant qu'ils séchaient, on a parlé du mythe d'Orphée et des chars de Mossa pour le Carnaval de Nice avec notre professeur de français.
Puis, on a fini nos masques jusqu'à midi.
Ensuite, à 13h3O, on est partis à pied : on a vu de très belles choses, comme le Diable, les Footballeurs ou les Danseurs.
J'ai vraiment aimé : c'était très bien !" (Hervé)

Les élèves préparent les masques en Arts Plastiques


Aïchat et son masque Colibri "Chaque élève a fait le masque à la forme qu'il voulait. Moi, j'ai fait un oiseau."


Janis et son masque Papillon : "Avant le carnaval, j'ai dit que je ne voulais pas y aller parce que je croyais que c'était ridicule de mettre des masques d'animaux. Mais je me suis trompée : c'était très bien !"

"Nous avons fait des masques avec Monsieur Simon et Mme Martin-Cocher. Moi, j'ai fait beaucoup de photos avec mon masque Loup." (Salah)





Ahmed et son masque Renard : "J'ai choisi le renard parce qu'il est très rusé."
                                                    L'après midi, tous au Carnaval !





"Mardi, on est sortis du Collège pour aller au Carnaval.
Nous avons vu de belles choses. Après, j'ai acheté des serpentins et je les ai mis sur tout le monde pour rigoler.
J'ai filmé avec mon téléphone et j'ai pris des photos. J'ai passé une bonne journée et j'ai été content." (Aymen)

 




 





Reparti en Egypte avec sa maman, il nous manque déjà !
Bonne route Karim !!!